Semaine 45: Trois auteurs, trois romans…

 

Inédits sur le web : des romans lus et présentés, il y a de cela un bon bout de temps.

 

Couv 3 romans blog45 

 

Artefact – machines à écrire 1.0, de Maurice G. Dantec

Albin Michel, 2007

Site Facebook de l’auteur

Site de l’éditeur

S’il est un écrivain véhément, implacablement parano et éblouissamment cohérent, c’est bien Maurice Dantec. Dans Artefact, un opus outre-terrestre composé de trois morceaux hallucinants, l’auteur tente d’abolir, avec un Je incantatoire et multiplié par trois, la distance qui sépare, non pas l’auteur du lecteur, mais le narrateur de cet Autre que devient le lecteur pris dans le processus de lecture. Fascinant, car Dantec y croit et s’implique dans chaque goutte d’encre.
1 ou Vers le nord du ciel (le 11 Septembre 2001 comme si vous y étiez, et dans la tour nord) est une cruelle entreprise d’intox, à l’issue de laquelle le lecteur se retrouve irrémédiablement condamné à errer dans un ground zero planétaire en devenir.
2 ou Artefact est une tentative d’« exprimer l’inexprimable » au travers d’un récit ontologique, où le narrateur vient à l’existence en tant qu’artefact de soi-même.
3 ou Le Monde de ce prince est un ténébreux manuel de haine et de vengeance, apparemment injustifiées et gratuites, d’où poindra cette lueur boréale d’une grâce rédemptrice, illuminant les pages dantequiennes de bout en bout.

Le Silence du ténor, d’Alexandre Najjar

Plon, 2006

Site de l’auteur

Site de l’éditeur

Quand un écrivain de la trempe d’Alexandre Najjar se bonifie, il retrouve les accents du cœur de la jeunesse pour écrire dans un style non seulement limpide mais surtout merveilleux, qui magnifie les états d’âme, les émotions et les situations les plus simples, en les hissant au rang d’épopée de l’âme.
Avec Le Silence du ténor, hommage d’un fils à son père « à lui » (« Mon père à moi est un personnage de roman »), l’auteur n’a pas cherché à rédiger une biographie exhaustive (« Peut-on jamais percer tous les secrets d’un être, aussi proche soit-il ? »).
Il raconte son père en contre-plongée mais, vers la fin de chaque partie, survient toujours un rétablissement en travelling vertical, qui replace la perspective au niveau du cœur, de l’amour, de l’empathie.
Dans Le Silence du ténor, Alexandre Najjar décrit le père en puisant dans les souvenirs les plus marquants, les plus pittoresques, les plus essentiels. Et l’essentiel est dit, avec une plume transfigurée par l’amour filial.

L’Oracle della Luna, de Frédéric Lenoir

Albin Michel, 2006

Site de l’auteur

Site de l’éditeur

Voilà une fiction aussi plaisante et stimulante que l’essai de Lucien Jerphagnon, Histoire de la pensée – Antiquité et Moyen Age, un ouvrage qui vous donne envie de devenir philosophe (oui, la philosophie est de l’ordre du désir autant que de la nécessité).
Frédéric Lenoir, philosophe devenu romancier, nous sert un plat de chef qui enchante les papilles neuronales, pour nous initier à l’infinie richesse de la gastronomie de l’esprit.
En effet, ce thriller romantico-philosophique met l’eau à la bouche et des étoiles à la tête.
Au menu : un jeune paysan touché par la grâce du coup de foudre, déterminé à vivre son rêve plutôt que de rêver sa vie, une Madone aux yeux clos incarnant le visage de la bien-aimée, une initiation aux choses de l’esprit par un vieux philosophe-astrologue, ami d’Érasme et de Pic de la Mirandole, un tueur en série sévissant dans un monastère bénédictin, un ermite russe qui enseigne que « tout le chemin de la vie, c’est de passer de la peur à l’amour »…
Et le tout se tient dans une intrigue joliment agencée.
© Johnny Karlitch, 52 romans par an, semaine 45 : rattrapage de la semaine du lundi 26 octobre au dimanche 1 novembre 2015.

Site du libraire diffuseur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s